La lecture en ligne est gratuite
Descargar

Compartir esta publicación

También le puede gustar

SDU2E

de Ossa

MALADIES INFECTIEUSES  E. Bonnet Service des Maladies Infectieuses et Tropicales Hôpital Purpan Toulouse Objectif opérationnel 1     Champignons-parasites Protistes supérieurs ou eucaryotes, c’est à dire organisme possédant - un NOYAU ENTOURE D’UNE MEMBRANE - de NOMBREUX CHROMOSOMES - un appareil de mitose, assurant lors de la réplication, l’équipartition chromosomique parmi les cellules fille s- une structure cellulaire analogue à celle des animaux et des plantes Parmi les champignons, on distingue micromycetes et macromycetes Contrairement aux plantes, les champignons : - sont dépourvus de chlorophylle - ne peuvent composer leurs constituants qu’à partir de substances organiques (et non pas minérales) : ils sont dits hétérotrophes comme les animaux (les plantes sont autotrophes). Il existe environ 100 000 espèces de champignons, dont à peine plus d’une cinquantaine sont pathogènes pour l’homm e.
Les champignons micromycetes (ou moisissures) se présentent sous forme de ronde (levures) ou filamenteuse Exemples de champignons pathogènes pour l’homme : - Candida : muguet -> infections sévères du sujet immunodéprimé - Aspergillus - Cryptococcus - Histoplasma - Penicillium - Dermatophytes Exemples de parasites pathogènes pour l’homme :    - Plasmodium : paludisme - Toxoplasma - Entamoeba histolytica : amibiase - Pneumocystis - Cryptosporidium - Ascaris - Taenia - Trichinella
   
   
Bactéries ADN et ARN  iuO iuOVirus ADN ou ARN  noN noNVirus/bactéries    Matériel génétique Croissance et division Systèmes enzymatiques de biosynthèse Mode de reproduction Par division cellulaire à Par réplication à partir du partir de la totalité des seul matériel génétique constituants  Le virus a un parasitisme cellulaire obligatoire : notion de cellule(s) hôte(s), il utilise la machinerie cellulaire pour se répliquer. La bactérie est considérée autonome, même s’il existe des bactéries intr-acellulaires Exemples de virus : Grippe Herpès, Varicelle/Zona, autres Herpesviridae  HIVVHA, VHB, VHC,…  egaRVirus du SARS (Coronavirus), Ebola
Exemple de bactéries :         Streptocoques (dont pneumocoque), Staphylocoques Méningocoques, Gonocoques Listeria Colibacille (Escherichia coli) Pyocianique (Pseudomonas aeruginosa) Bacille de Koch (Mycobacterium tuberculosis) Legionella, Chlamydiae Prions ou agents transmissibles non conventionnels  En fait, les maladies à prions comprennent : - le Kuru - la maladie de Creutzfeld-Jacob et sa nouvelle variante liée par la contamination de l’homme par l’agent de l’encéphalopathie spongiforme bovine (ESB) - le syndrome de Gerstmann-Staüssler-Scheinker - l’insomnie fatale familial eLa maladie est due à l’accumulation d’une protéine anormale (Pr-rPes), à l’origine d’une dégénérescence du système nerveux central. L’agent responsable de cette accumulation n’est pas connu (protéine étrangère d’oirgine animale induisant la formation puis l’accumulation de protéines anormale chez l’homme dans la variante de la maladie de C-J ?)
 Objectif opérationnel 2 Différentes phases d’une maladie infectieus e1) INCUBATION : phase silencieuse qui s’étend de la contamination (pénétration de l’agent pathogène dans l’organisme) à l’apparition des premiers signes cliniques. Le foyer infectieux est encore de trop faible importance pour entrainer des manifestations perceptibles 2) INVASION : phase au cours de laquelle apparaissent les premiers signes de la maladie 3) ETAT : phase où les signes cliniques sont à leur maximum d’intensité .L’infection peut rester locale (signes inflammatoires locaux) , ou loco-régionale (réaction ganglionnaire satellite) ou se généraliser (bactériémies -> métastases septiques) 4) TERMINAISON : phase pendant laquelle se termine la maladie, soit par MORT de l’hôte, soit grâce à une GUERISON, totale (avec ou sans SEQUELLES) ou apparente mais partielle 
 La phase dite de CONVALESCENCE, correspondant à un retour complet à l’état de santé qui était celui de l’individu avant la survenue de l’infection, peut être plus ou moins prolongée (parfois plusieurs semaines Par, ailleurs, la phase d’état peut être suivie de COMPLICATIONS qui peuvent elles-mêmes conduire au décès, être responsables de séquelles ou, en tous cas, retarder la guérison. Les complications peuvent être locales (ex : gangrène gazeuse -> amputation), ou générales [septiques (ex : endocardite -> abcès cérébral), toxinique (choc septique, tétanos), immunologiques (ex : RAA)  On parle de RECHUTE lorsqu’il existe une reprise de la maladie avant guérison complète et de RECIDIVE en cas de nouvelle infection    
Objectif opérationnel 3  Structure bactérienne 1) Enveloppes (de l’extérieur vers l’intérieu r: )è spore : élément inconstant permet aux bactéries de résister dans le milieu extérieur  (on parle de bactéries sporulées ou non sporulées  ex de bactérie sporulée : Clostridium tetanii) è capsule : non indispensable  n’existe donc que chez quelques bactérie s élément de virulence (contre le phagocytose)  propriétés antigéniques => vaccin è glycocalyx : entoure les bactéries placées dans leur milieu naturel permet aux bactéries d’adhérer à leur suppor tè paroi : - élément rigide assurant la forme de la bactérie - différente selon qu’il s’agisse de Gram + ou  dGeram- - comprend toujours le peptidoglycane è membrane cytoplasmique
 2) Constituants internes : è cytoplasme : - très nombreux ribosomes (protéines et ARN) - grains de réserves è plasmides : petites structures (inconstantes) contenant du matériel génétique mobile, transférable d’une bactérie à l’autr eè noyau : ADN bicatenaire circulaire nu  3) Appendices externes è flagelles : assurent la mobilité, inconstantes è pili : fonction d’adhérence, inconstant s