La etimología (pan-)románica hoy: noticias del Dictionnaire ...

De
Publicado por

  • redaction
  • revision - matière potentielle : finale
  • revision - matière potentielle : générale
  • revision
1 La Filología románica hoy (Madrid, 3-5 de noviembre de 2011) La etimología (pan-)románica hoy: noticias del Dictionnaire Étymologique Roman (DÉRom) Maria Reina Bastardas i Rufat Universitat de Barcelona Éva Buchi ATILF (CNRS & Nancy-Université) Ana María Cano González Universidá d'Uviéu Esquema-resumen 1.
  • étymologie-histoire dans le dérom
  • contribución de los datos de los diferentes dominios
  • exception de la branche
  • andronache
  • nouvelle approche de l'étymologie romane
  • dérom
  • cioranescu n°
  • adj
  • romans
  • roman
Publicado el : miércoles, 28 de marzo de 2012
Lectura(s) : 102
Fuente : atilf.fr
Número de páginas: 8
Ver más Ver menos
La Filología románica hoy (Madrid, 3-5 de noviembre de 2011)
La etimología (pan)románica hoy: noticias delDictionnaire Étymologique Roman(DÉRom)Maria Reina Bastardas i Éva Buchi Ana María Cano González RufatUniversidá d’UviéuATILF (CNRS & Universitat de Barcelona Nancy-Université) reina.bastardas@ub.edu eva.buchi@atilf.fr acano@uniovi.es
http://www.atilf.fr/DERom Esquemaresumen1.Una metodología innovadora 2.Contribución de los datos de los diferentes dominios románicos a la etimología panrománica 3.Los romances de España y el DÉRom: aportaciones mutuas 3.1.Catalán 3.2.Castellano 3.3.Asturiano 3.4.Gallego 4.Hacia un cambio de paradigma? Publicaciones en relación con el DÉRom Andronache, Marta (2010): “Le Dictionnaire Étymologique Roman (DÉRom): une nouvelle approche de l’étymologie romane”,Dacoromania15, 129-144. Andronache, Marta (en prensa): “Le rôle des données linguistiques de la Romania du Sud-Est dans l’étymologie romane. Réflexions à partir de la pratique lexicographique du DÉRom (Dictionnaire Étymologique Roman)”. In: Chabrolle-Cerretini, Anne-Marie (ed.):Actes du colloque “Romania: réalité(s) et concepts” (Nancy, 6/7 octobre 2011), Limoges, Lambert-Lucas. Bastardas i Rufat, Maria Reina (2011): “École d’été franco-allemande en étymologie romane (Nancy, 26-30 de juliol de 2010)”.Estudis Romànics33, 549-550. Bastardas i Rufat, Maria Reina (en prensa): “El català i la lexicografia etimològica panromànica”. In: Casanova, Emiliet al. (ed.):Actes del 26é Congrés Internacional de Lingüística i Filologia Romàniques (València 2010), Berlin/New York, De Gruyter. Bastardas i Rufat, Maria Reina & Buchi, Éva (en prensa): “Aportacions del DÉRom a l’etimologia catalana”. [In: un volumen de homenaje.] Benarroch, Myriam (en prensa): “L’apport du DÉRom à l’étymologie portugaise”. In: Casanova, Emiliet al.(ed.):Actes del 26é Congrés Internacional de Lingüística i Filologia Romàniques (València 2010), Berlin/New York, De Gruyter. Buchi, Éva (2010a): “Pourquoi la linguistique romane n’est pas soluble en linguistiques idioromanes. Le témoignage duDictionnaire Étymologique Roman (DÉRom)”. In: Alén Garabato, Carmen, Álvarez, Xosé Afonso & Brea, Mercedes (ed.):Quelle linguistique e romane au XXI siècle?, Paris, L’Harmattan, 43-60. Buchi, Éva (2010b): “Where Caesar’s Latin does not belong: a comparative grammar based approach to Romance etymology”. In: Brewer, Charlotte (ed.):Selected Proceedings of the Fifth International Conference on Historical Lexicography and Lexicology held at St Anne’s College, Oxford, 16-18 June 2010, Oxford, Oxford University Research Archive (http://ora.ox.ac.uk/objects/uuid%3A237856e6-a327-448b-898c-cb1860766e59). Buchi, Éva, Chauveau, Jean-Paul, Gouvert, Xavier & Greub, Yan (2010): “Quand la linguistique française ne saurait que se faire romane: du neuf dans le traitement étymologique
1
du lexique héréditaire”. In: Neveu, Francket al. (ed.):Congrès Mondial de Linguistique Française – CMLF 2010, Paris, Institut de Linguistique Française, http://dx.doi.org/10.1051/cmlf/2010025, 111-123. Buchi, Éva & Schweickard, Wolfgang (2008): “LeDictionnaire Étymologique Roman(DÉRom): en guise de faire-part de naissance”,Lexicographica. International Annual for Lexicography24, 351-357. Buchi, Éva & Schweickard, Wolfgang (2009): “Romanistique et étymologie du fonds lexical héréditaire: du REW au DÉRom (Dictionnaire Étymologique Roman)”. In: Alén Garabato, Carmen, Arnavielle, Teddy & Camps, Christian (ed.):La Romanistique dans tous ses états, Paris, L’Harmattan, 97-110. Buchi, Éva & Schweickard, Wolfgang (2010): “À la recherche du protoroman: objectifs et méthodes du futurDictionnaire Étymologique RomanIn: Iliescu, Maria, Siller- (DÉRom)”. e Runggaldier, Heidi & Danler, Paul (ed.):Congrès International deActes du XXV Linguistique et de Philologie Romanes (Innsbruck 2007), Berlin/New York, De Gruyter, 6, 61-68. Buchi, Éva & Schweickard, Wolfgang (2011): “Sept malentendus dans la perception du DÉRom par Alberto Vàrvaro”,Revue de linguistique romane75, 305-312. Celac, Victor & Buchi, Éva (2011): “Étymologie-origine et étymologie-histoire dans le DÉRom (Dictionnaire Étymologique Roman). Coup de projecteur sur quelques trouvailles du domaine roumain”. In: Overbeck, Anja, Schweickard, Wolfgang & Völker, Harald (ed.): Lexikon, Varietät, Philologie. Romanistische Studien Günter Holtus zum 65. Geburtstag, Berlin/Boston, De Gruyter, 363-370. DÉRom = Buchi, Éva & Schweickard, Wolfgang (ed.) (2008–):Dictionnaire Étymologique Roman (DÉRom), Nancy, ATILF, http://www.atilf.fr/DERom. Florescu, Cristina (2009): “Limba română înDictionnaire Étymologique Roman(< DÉRom Romanisches Etymologisches WörterbuchIn: Boto REW)”. şineanu, Luminiţaet al. (ed.): Distorsionări în comunicarea lingvistică, literarăşi etnofolclorică româneascăşi contextul european, Iaşi, ALFA/Asociaţia Culturală“A. Philippide”, 153-159. Schweickard, Wolfgang (2010): “Die Arbeitsgrundlagen der romanischen etymologischen Forschung: vom REW zum DÉRom”,Romanistik in Geschichte und Gegenwart16, 3-13. Vàrvaro, Alberto (2011): “IlDÉRom: un nuovoREW?”,Revue de linguistique romane75, 297-304. Publicaciones recientes de las autoras sin relación con el DÉRomBastardas i Rufat, Maria Reina (2010): “Les reflets du suffixe -UCEUl’anthroponymie dans romane. Productivité, chronologie, typologie”. In: Iliescu, Maria, Siller-Runggaldier, Heidi e & Danler, Paul (ed.):Actes du XXV Congrès International de Linguistique et de Philologie Romanes (Innsbruck 2007), Berlin/New York, De Gruyter, 3, 207-218. Bastardas i Rufat, Maria Reina (en prensa): “Wheather proverbs containing a place-name: a typology and an approach to their geographical distribution in the romance speaking area”. In :XXIV Congrés internacional de l’ICOS sobre ciències onomàstiques, Barcelona. Buchi, Éva (2010a): Bolchevik,mazout,toundraet les autres. Dictionnaire des emprunts au russe dans les langues romanes. Inventaire – Histoire – Intégration, Paris, CNRS Éditions. Buchi, Éva (2010b): “Protorromance e idiorromance en los derivados asturianos ende- y en des-”. In: Cano González, Ana María (ed.):Homenaxe al Profesor Xosé Lluis García Arias, Uviéu, Academia de la Llingua Asturiana, 1, 79-94. Cano González, Ana María (2010a): “Caltenimientu de los apellíos vinientes de xenitivu na antroponimia asturiana de güei”. In: Cano González, Ana María (ed.):Homenaxe al Profesor Xosé Lluis García Arias, Uviéu, Academia de la Llingua Asturiana, 2, 569-615. Cano González, Ana María (2010a): “El proyecto PatRom y la antroponimia románica”. In : Alén Garabato, Carmen, Álvarez, Xosé Afonso & Brea, Mercedes (ed.):Quelle linguistique e romane au XXI siècle?, Paris, L’Harmattan, 61-81.
2
3 1 REW3 = [1911–1920 ].Meyer-Lübke (Wilhelm), 1930–1935 Romanisches Etymologisches Wörterbuch, Heidelberg, Winter :
Delorme 2011inDÉRom :
*/'pan-e/ s.m. « aliment fait d'un mélange de farine et d'eau (et généralement de levain) qu'on cuit au four »
I. Substantif masculin originel
*/'pan-e/ > dalm. ['puŋ] s.m. « aliment fait d'un mélange de farine et d'eau (et généralement e de levain) qu'on cuit au four, pain » (dp. mil. 15 s. [aragus.pen], BartoliDalmatico 356, 400 § 306 ; ElmendorfVeglia ; MihăescuRomanité 117), istriot. ['paŋ] (PellizzerRovigno [pan] ; DeanovićIstria 115 [pan; ILA n° 700), it.] ; AIS 985 p 397, 398 pane (dp. 1158, DELI2; GDLI ; AIS 985), sard.páne (DES ; PittauDizionario 1 ; AIS 985), frioul.pan (PironaN2; AIS 985 [['paŋ]]), lad.pan(dp. 1763, Kramer/SchlösserinEWD ; AIS 985 [['paŋ]] ; ALD-I
3
557), romanch.pạun(dp. 1560, GartnerBifrun 159 ; HWBRätoromanisch ; AIS 985), fr.paine (dp. fin 10 s. [pan], AvallePassion 97 ; Gdf ; GdfC ; FEW 7, 543b-544a ; TL ; TLF ; AND1; ALF 964), frpr. (dp. 1220/1230 [pan; FEW 7, 544a ; ALF 964),], HafnerGrundzüge 71 occit.pan (dp. ca; BrunelChartesSuppl 5 1060, SFoiHA 1, 262 ; Levy ; Raynouard ; AppelChrestomathie ; FEW 7, 544a ; Pansier 3 ; ALF 964), gasc.pan (dp. ca1180 [mscae 1390], DAG n° 1752 ; FEW 7, 544a ; CorominesAran 605-606 ; ALF 964), cat.pas.,(dp. 12 DCVB ; DECat 6, 146-155), esp.pan(dp. 1090, Kasten/Cody ; DCECH 4, 364-366 ; DME ; Kasten/Nitti), ast.pan; DGLA), gal. (dp. 958, DELlAMs pan/port.pão1209 [ (dp. pan], 1 LegesConsuetudines 1, 850 = DDGM ; DRAG ; DELP3; Houaiss2; CunhaVocabulário2) .
II. Substantif féminin innovant : roumain
*/'pan-e/ > dacoroum. pop.pâne(dp. 1491/1516 [« pain »  s.f. pânrea], Psalt. Hur.2; 170 Tiktin3s.v. pâine; EWRSs.v. pîne; DLR; Candrea-Densusianu n° 1388 s.v. pîine; 2 Cioranescu n° 6371 ; MDAs.v. pâine; ALR SN 1066) , istroroum.păre(Byhan,JIRS 6, 317 ; PuşcariuIstroromâne 3, 126-127, 319 ; SârbuIstroromân 248 ; FrăţilăIstroromân 1, 243 ; ALR SN 1066 ; ALIstro n° 700), méglénoroum.pǫnị6, 183 (Candrea,GrS s.v. poini; WildSprachatlas 351 ; MihăescuRomanité 241 ; AtanasovMeglenoromâna 18 ; ALR SN 1066), aroum.pîne(dp. 1770 [πάνε], KavalliotisProtopeiria n° 0076 ; Pascu 1, 144 ; DDA2; BaraAroumain [pâni] ; ALR SN 1066).
Commentaire. – Tous les parlers romans sans exception présentent des cognats conduisant à reconstruire, soit directement, soit à travers un type évolué, protorom. */'pan-e/ s.m. « aliment fait d'un mélange de farine et d'eau (et généralement de levain) qu'on cuit au four, pain ». Les issues romanes de protorom. */'pan-e/ ont été subdivisées selon les deux genres dont elles relèvent, masculin (ci-dessus I.) et féminin (ci-dessus II.). Le masculin, originel, est représenté par tous les idiomes romans, à l'exception de la branche roumaine, qui connaît un féminin innové. Cette répartition rappelle le cas de */'pɔnt-e/ et est passible d'une explication identique : protorom. */'pan-e/ connaissait deux genres, le masculin, plus ancien, et le féminin, résultat de la tendance analogique à féminiser les substantifs de la troisième déclinaison (cf.aussi Dardel,ACILR 14/2). Le corrélat du latin écrit du type I.,panis, -is s.m. est connu durant toute« id. », l'Antiquité (dp. Plaute [*ca 254 OLD), tandis que le latin écrit de l'Antiquité ne 184], connaît pas de corrélat du type II.
Bibliographie. – MeyerLübkeGLR 1, § 299, 306, 307, 397, 400 ; REW3s.v. panis; von Wartburg 1954in7, 543b-554b, FEW PANIS; LausbergSprachwissenschaft 1, § 230, 231, 233-235 ; 2, § 299, 405 ; HallPhonology 84 ; SalaVocabularul 34 ; DOLR 6 (1996), 69.
Signatures. – Rédaction : Jérémie DELORME. – Révision :Reconstruction, synthèse romane et révision générale: Jean-Pierre CHAMBON.Romania du Sud-Est: Petar ATANASOV; Victor CELAC.Italoromania: Paul VIDESOTT.Galloromania: Jean-Paul CHAUVEAU.Ibéroromania:
4
Myriam BENARROCH; Ana BOULLÓN; Ana María CANOGONZÁLEZ.Révision finale: Éva BUCHI. – Contributions ponctuelles : Xosé Lluis GARCÍAARIAS; Lucia MANEA.
Date de mise en ligne de cet article. – Première version : 12/04/2011. Version actuelle : 29/08/2011.
1. La date de 1047 fournie par DELP3et reprise par DDGM et par Houaiss2correspond à un texte en latin, ainsi que les dates de 1068, 1166, 1185 et 1186 mentionnées par DDGM. 2. En dacoroumain standard, cette forme régulière a été évincée parpâine (dp. 1581, DLR), qui est issu, dans un premier temps dans le dialecte de Munténie, de l'épenthèse anticipative d'un [i] non syllabique à partir du plurielpâni(DensusianuHistoire 2, 16).
3 1 REW3Meyer-Lübke (Wilhelm), 1930–1935  = [1911–1920 ].Romanisches Etymologisches Wörterbuch, Heidelberg, Winter :
5
Hegner 2011inDÉRom :
*/ro'tʊnd-u/ adj. « qui a la forme d'une roue »
I.1. Type archaïque originel */ro'tʊnd-u/
┌ ┐ */ro'tʊnd-u/ > itsept.rotunt» (AIS 1581), asard.a la forme d'une roue, rond « qui  adj. ┌ ┐e e e rodundu (11 /13 s. [orrudundu] –cas., DES 2, 357), mar.1110/mil. 13 rodunt « bien spécifié, précis » (Kramer/Fiacrein EWDs.v. torónn), romanch.rodund « rond » ┌ ┐ (HWBRätoromanisch ; EichenhoferLautlehre § 672), afr.roont (ca1130 –ca1375, FEW 1er e2 10, 519b-520a ; GdfC ; TL ; AND1s.v. rund) , afrpr.raond(1 qu. Philipon,R 22, 40) .13 s.,
I.2. Type archaïque métathésé */to'rʊnd-u/
3 */to'rʊnd-u/ > avén.torond(Salvioni,AGI 16, 329) , frioul.« rond »  adj. taront (PironaN2; AIS 1581), lad.torónn(dp. 1763 [toron], Kramer/FiacreinEWD ; AIS 1581 ; ALD-I 674).
II. Type aphérésé */'tʊnd-u/
4, 5 */'tʊnd-u/ > it.tondo« rond » (dp. adj.  ca1260/1261, TLIOCorpus ; DELI2,; AIS 1581) sard.tundu(DES 2, 357 ; AIS 1581).
III. Type dissimilé */re'tʊnd-u/
e e */re'tʊnd-u/ > dacoroum.rătund« rond »  adj. ; Tiktins., DLR m. 17 (dp. 2 3;; EWRS 6e Cioranescu n° 7260 ; MDA ; ALR SN 809 p 157, 605) , ait.ritondos., (1255 – 15 TLIOCorpus ; SalvioniPostille ; GDLI ; Merlo,AUTosc 44, 75-76 ; Merlo,RIL 86, 430-431 ; 7 DELI2s.v. ruòta) , surm./suts.radond(HWBRätoromanisch ; EichenhoferLautlehre § 672), fr. ère e rond[12 s. 1 m.  (dp. reont; GdfC ; TL ], FEW 10, 520a ; TLF ; AND1s.v. rund; ALF 1891), frpr.rion (dp. av. 1310, HafnerGrundzüge 154-156 ; FEW 10, 520a ; ALF 1581), e occit.redon (dp. ca; Levy ;1125 [ms. fin 13 ; Raynouard s.], DAO 887 AppelChrestomathie ; FEW 10, 520a ; Pansier 3 ; ALF 1891), gasc.arredoun10, (FEW 520a ; CorominesAran 288s.v. redonn; ALF 1891 p 782 ; ALG 1087), cat.redó(dp. 1288 [redon], DCVBs.v. rodó; DECat 7, 386-388 [valenc. baléar.]), esp.redondo (dp. ca1140, 8e DME ; DCECH 4, 834-835 ; NTLE ; Kasten/Nitti) , ast.redondu (dp. 1049 [ms. 12 s. ; retondo; DGLA), gal./port.], DELlAMs redondo; Houaiss1264/1284, TMILG  (dp. 2; 9 DDGM ; DELP3; CunhaVocabulário2) .
Commentaire. – À l'exception du dalmate, toutes les branches romanes présentent des cognats conduisant à reconstruire, soit directement, soit à travers des types évolués, protorom. */ro'tʊnd-u/ adj.« qui a la forme d'une roue, rond ». Les issues romanes ont été subdivisées selon les types et sous-types dont elles relèvent : */ro'tʊnd-u/ (ci-dessus I.1.), */to'rʊnd-u/ (ci-dessus I.2.), */'tʊnd-u/ (ci-dessus II.) et */re'tʊnd-u/ (ci-dessus III.). Le type en */o – 'ʊ/ (I.) ne s'est maintenu qu'en sarde et dans une aire périphérique nord-occidentale (itsept. frioul. lad. romanch. fr. frpr.) ; il est clairement récessif en sarde, français et francoprovençal. Outre les formes régulières (I.1.), il a donné lieu très 6
anciennement (avant la sonorisation des occlusives sourdes intervocaliques dans la Romania occidentale) à un sous-type métathésé I.2. (vénitien, sarde [témoignage indirect,cf. n. 3], frioulan, ladin). Le type */'tʊnd-u/ (II.) manifeste une aphérèse que sa coprésence en sarde et dans un idiome de la Romania continentale (italien) incite à projeter sur une phase ancienne du protoroman. Enfin, le type innovant /*re'tʊnd-u/ (III.), issu d'une dissimilation en */e – 'ʊ/ (formule I de GrammontTraité 272 ;cf.aussi Ernout/Meillet4s.v. rotaet BenvenisteOrigines 10 140) , est également ancien et, de loin, le plus largement diffusé : il est exclusif en roumain, occitan, gascon, catalan, espagnol, asturien, galégo-portugais, et présent, à côté de I., en romanche, français et francoprovençal ainsi qu'en italien centro-méridional (à côté de II.). Son absence en sarde fait toutefois penser qu'il s'agit du type le plus récent parmi ceux se rattachant en dernière analyse à protorom. */ro'tʊnd-u/. Le corrélat du latin écrit du type I.1.,rotundus« id. »,  adj. est attesté depuis Varron (45/43, OLD). Le latin écrit de l'Antiquité ne connaît pas, en revanche, de corrélat des types 11 I.2., II. et III. .
Bibliographie. – MeyerLübkeGLR 1, § 118-119, 309, 352, 404-405, 432, 485 ; REW3s.v. rŏtŭndus/rĕtŭndus; Ernout/Meillet4s.v. rota; von Wartburg 1962in FEW 10, 519b-528b, RŎTŬNDUS;; Faré n° 7400 ; LausbergLinguistica 1, § 183, 253, 307, 361-364, 416 HallPhonology 251 ; SalaVocabularul 539 ; DOLR 1 (1991), 165 ; MihăescuRomanité 186 ; Bastardas i RufatinPatRomPrésentation 231-246 s.v. *RETUNDUS.
Signatures. – Rédaction : Maria HEGNER. – Révision :Reconstruction, synthèse romane et révision générale: Jean-Pierre CHAMBON.Romania du Sud-Est: Victor CELAC. Italoromania: Giorgio CADORINI; Paul VIDESOTT.Galloromania: Jean-Paul CHAUVEAU. Ibéroromania: Maria Reina BASTARDAS IRUFAT; Myriam BENARROCH.Révision finale: Éva BUCHI: Simone A. – Contributions ponctuelles UGUSTIN; Pascale BAUDINOT; Ana BOULLÓN; Cristina FLORESCU; Xosé Lluis GARCÍAARIAS; Xavier GOUVERT; Yan GREUB; Christoph GROß; Günter HOLTUS; Stella MEDORI; Florin-Teodor OLARIU; Uwe SCHMIDT; Wolfgang SCHWEICKARD.
Date de mise en ligne de cet article. – Première version : 22/07/2011. Version actuelle : 07/10/2011.
1. BourciezPhonétique § 102, remarque I voit dans afr.roontforme secondaire une issue par assimilation d'afr.reont (cf. ci-dessous III.), mais les datations relatives et la comparaison romane incitent plutôt à suivre von Wartburgin10, 527a, qui rattache FEW roontà */ro'tʊnd-u/. e 2. Le caractère relativement tardif de cat.rodó adj. « id. » (dp. fin 14 s. [rodon], DCVB ; DECat 7, 386-388 [rouss. cat. nord-occid]) nous incite, malgré von WartburginFEW 10, 527a et en suivant DCECH 4, 835 n. 1 et Bastardas i RufatinPatRomPrésentation
7
242 n. 2, à y voir le résultat d'une assimilation idioromane à partir de cat.redó(cf. ci-dessous III). 3. Logoud.atturundarepermet de postuler alogoud. * v.tr. « arrondir » turundu adj. « rond » (DES 2, 357). 4. RohlfsGrammStor 1, § 321 et DELI2 considèrent it.tondoissu d'une comme aphérèse du latinisme it.rotondo« id. » (dp. av. 1527, DELI2;cf.FEW 10, 527b), hypothèse qu'il paraît difficile de soutenir au vu des datations respectives. 5. Istroroum.tond« id. »  adj. (KovačecRječnik 197) et istriot.tòndo(PellizzerRovigno : “ aferesi de lat.rotundus”) représentent probablement des emprunts au vénitien. 6. La datation de 1456 proposée par Tiktin3 concerne une attestation relevée dans un texte slavon. – Dacoroum.rotund« id. »  adj. est en général considéré comme un latinisme (cf. Tiktin3), mais cette forme pourrait aussi s'expliquer comme le produit d'une contamination par dacoroum.roată s.f. « roue ». En tout état de cause, nous ne suivons pas Cioranescu n° 7260, qui rattacherătundau type */ro'tʊnd-u/. 7. En revanche, nous considérons sard.retundu adj. « id. » (DES ; PittauDizionario 1) comme un italianisme,cf. DES vecchia lingua camp. la voce è rappresentata da: “ Nella forme popolari con -d- [...]. Ma oggi sono più frequenti le forme italianizzanti ”. 8. Tant l'espagnol (dp. 1511, CORDE) que le portugais (dp. 1572, Houaiss2) connaissent en outre un doublet savantrotundo. e 9. Les trois dates (10 s., 1059 et 1089) fournies par DELP3 et correspondant respectivement aux formesrodondo (et nonrodonho),rodonda etredondo renvoient à trois textes en latin (DiplomataChartae 1, 258, 431) ; la formerodonhocitée par DELP3et reprise par Houaiss2n'est pas attestée dans le texte mentionné (DiplomataChartae 1). 10. Cette dissimilation a pu être favorisée par une captation par le préfixe */re-/ (cf.FEW 10, 527a ; EWRSs.v. rătúnd). e 11. On relève lat.retunduss., CGL 4,adj. « id. » à époque post-antique seulement (7 e 162 ; 9 s., CGL 4, 347).
8
¡Sé el primero en escribir un comentario!

13/1000 caracteres como máximo.

Difunda esta publicación