Au pays d'Henri Michaux: la dialectique de l'espace et du temps ...

Publicado por

  • cours - matière potentielle : temporel
Au pays d'Henri Michaux: la dialectique de l'espace et du temps dans son oeuvre écrite Marta Segarra Montaner ADVERTIMENT. La consulta d'aquesta tesi queda condicionada a l'acceptació de les següents condicions d'ús: La difusió d'aquesta tesi per mitjà del servei TDX ( ha estat autoritzada pels titulars dels drets de propietat intel·lectual únicament per a usos privats emmarcats en activitats d'investigació i docència. No s'autoritza la seva reproducció amb finalitats de lucre ni la seva difusió i posada a disposició des d'un lloc aliè al servei TDX.
  • esta reserva de derechos afecta
  • ricochet en ricochet
  • ricochet - ricochet
  • planète en planète
  • influence de l'expérience des bombardements sur le rythme
  • descriptions d'insectes réels
  • rythme percutant aux intentions
  • aquesta reserva de drets
  • insecte
  • insectes
  • mouvement
  • mouvements
Publicado el : miércoles, 28 de marzo de 2012
Lectura(s) : 83
Fuente : tdx.cat
Número de páginas: 210
Ver más Ver menos













Au pays d'Henri Michaux: la dialectique de l'espace et
du temps dans son oeuvre écrite


Marta Segarra Montaner









ADVERTIMENT. La consulta d’aquesta tesi queda condicionada a l’acceptació de les següents condicions d'ús: La difusió
d’aquesta tesi per mitjà del servei TDX (www.tesisenxarxa.net) ha estat autoritzada pels titulars dels drets de propietat
intel·lectual únicament per a usos privats emmarcats en activitats d’investigació i docència. No s’autoritza la seva
reproducció amb finalitats de lucre ni la seva difusió i posada a disposició des d’un lloc aliè al servei TDX. No s’autoritza la
presentació del seu contingut en una finestra o marc aliè a TDX (framing). Aquesta reserva de drets afecta tant al resum
de presentació de la tesi com als seus continguts. En la utilització o cita de parts de la tesi és obligat indicar el nom de la
persona autora.


ADVERTENCIA. La consulta de esta tesis queda condicionada a la aceptación de las siguientes condiciones de uso: La
difusión de esta tesis por medio del servicio TDR (www.tesisenred.net) ha sido autorizada por los titulares de los derechos
de propiedad intelectual únicamente para usos privados enmarcados en actividades de investigación y docencia. No se
autoriza su reproducción con finalidades de lucro ni su difusión y puesta a disposición desde un sitio ajeno al servicio
TDR. No se autoriza la presentación de su contenido en una ventana o marco ajeno a TDR (framing). Esta reserva de
derechos afecta tanto al resumen de presentación de la tesis como a sus contenidos. En la utilización o cita de partes de
la tesis es obligado indicar el nombre de la persona autora.


WARNING. On having consulted this thesis you’re accepting the following use conditions: Spreading this thesis by the
TDX (www.tesisenxarxa.net) service has been authorized by the titular of the intellectual property rights only for private
uses placed in investigation and teaching activities. Reproduction with lucrative aims is not authorized neither its spreading
and availability from a site foreign to the TDX service. Introducing its content in a window or frame foreign to the TDX
service is not authorized (framing). This rights affect to the presentation summary of the thesis as well as to its contents. In
the using or citation of parts of the thesis it’s obliged to indicate the name of the author. /AU PAYS D HENRI MICHAUX; LA DIALECTIQUE DE L'ESPACE ET DU
TEMPS DANS SON OEUVRE ÉCRITE
Marta Segarra Montaner
Tesi per a l'obtenció del Grau de Doctor, dirigida pel Dr.
Alain Verjat Massmann, Universität de Barcelona, Juny 1990.203
1.7.1 L'éclatement
La solidité, la fixité excessive du inonde peut parfois se
résoudre dans une explosion qui réduit tout en débris qui ne
peuvent plus jamais se ressouder. Cette explosion peut être
le résultat de l'essai d'immobiliser le temps, d'arrêter le
mouvement nécessaire à l'existence. Ce figement forcé abou-
tit à l'éclatement chaotique, dont les images sont spéciale-
ment abondantes dans le livre Épreuves. exorcismes (ce qui
n'est pas du tout bizarre, puisqu'il s'agit d'un recueil de
poèmes écrits en temps de guerre). On a même parlé de
l'influence de l'expérience des bombardements sur le rythme
martelé de certains des textes qui figurent dans cet
ouvrage. Mais on pourrait attribuer aussi ce rythme
percutant aux intentions affichées par le poète dans le
titre même, Épreuves,, exorcismes; on sait que, pour Michaux,
un "exorcisme" est "une sorte de tourelle de bombardement
qui se forme à ces moments où l'objet à refouler, rendu
400
comme électriquement présent, est magiquement combattu".
L
a présence des explosions va donc plus loin chez Michaux
que la simple influence des circonstances historiques, comme
le
prouve le texte intitulé "Mouvements de l'être
intérieur".
'""EE, Préface, 8.204
"La poudrière de l'être intérieur ne saute pas
toujours. On la croirait de sable. Puis, tout à coup,
ce sable est à l'autre bout du inonde et par des
401
écluses bizarres descend la cataracte de bombes."
L'explosion est un mouvement soudain, qui apporte des chan-
gements radicaux et brusque le cours temporel. Elle combat
la solidité écrasante dont nous parlions, mais ses résultats
ne sont pas pour autant bénéfiques: le chaos qui en résulte,
fait de particules qui ne peuvent plus s'unir, est aussi an-
goissant que la perfection immobile de la création. L'image
du sable est indicative en ce sens-là; il signifie 1'endet-
tement qui résulte de l'explosion, opposé aux constructions
humaines basées sur 1'"ordre" et la "géométrie":
"Je vous assolerai des forteresses écrasantes et
superbes,
Des forteresses faites exclusivement de remous et de
secousses,
Contre lesquelles votre ordre multimillénaire et votre
géométrie
Tomberont en fadaises et galimatias et poussière de
402
sable sans raison."
Michaux avoue "je vis dans les éclats". Il s'agit alors d'un
éclatement métaphorique, mais qui a des conséquences aussi
"réelles" que les explosions produites par des bombes. Les
Meidosems, par exemple, étranges personnages créés par Mi-
<01
P1, "Mouvements de l'être intérieur", 133.
2
'°NR, "contre", 79205
chaux, ont un rapport très étroit avec les dessins à l'en-
cre qu'il effectuait à la même époque. Ce sont des créatures
protéiformes, en évolution constante, qui se métamorphosent
continuellement. Nous y reviendrons plus loin, dans les cha-
403
pitres consacrés à l'instabilité de la matière . Ce qui
nous intéresse ici est le fait que le manque de fixité se
traduit parfois dans des explosions, comme dans l'extrait
suivant:
"Un Meidosem éclate. Mille veinules de sa foi en lui
éclatent. Il retombe, s'étale et s'extravase en de
nouvelles pénombres, en de nouveaux étangs.
404
Qu'il est difficile de marcher ainsi..."
La "poudrière de l'être intérieur" est de nouveau présente.
Ses éclats continuels empêchent l'être de marcher, c'est-à-
dire d'avancer en ligne plus ou moins droite, mouvement op-
posé à celui de 1'"étang" immobilisateur (nous verrons que
les "eaux mortes" apparaissent parfois chez Michaux, tou-
jours avec une valorisation très négative) . Mais si les
"mouvements d'explosion, de refus, d'étirement en tous
405
sens" empêchent l'homme d'avancer, l'idée d'une explosion
totale, qui entraînerait "les montagnes, les mers, les pays
. 2.7.2.
4C4LVP, "Portrait des Meidosems", 124.
405
'FV, "Mouvements", 13.206
entiers" jusqu'à avoir une portée cosmique, fascine l'ima-
gination du poète ("De ricochet en ricochet, de planète en
planète, tout le système solaire avec Jupiter et Saturne
pourrait sauter, et, dans cet ébranlement fantastique, qui
sait? tous les systèmes solaires les uns à la suite des
406autres." ). Cette idée d'un éclatement apocalyptique provo-
qué plus ou moins involontairement par la main de l'homme
a été réactivée dans l'imaginaire universel par la catas-
trophe d'Hiroshima et la multiplication des bombes atomi-
407
ques . Mais Michaux essaie de voir la véritable raison qui
pousse l'homme à jouer avec le feu: "Faire éclater la créa-
tion. Voilà enfin une idée pour plaire à l'homme: notre
réplique à la Genèse. Enfin une idée diabolique. Qu'en pense
408Dieu?" .
<06P, "Idées de traverse", 18-19.
/"'Le numéro 41-42 des "Cahiers du grif", qui s'intitule L'Ima-
ige^du nucléaire (1989), analyse les répercussions imaginaires
Ce
tte circonstance historique.
408Ibid.207
1.7.2 Le grouillement
409
Le grouillement appartient, selon Gilbert Durand , au
"scheme de l'animé", qui est la manifestation première de
l'archétype du chaos. Le fourmillement des insectes incarne
ce mouvement effréné et chaotique, profondément angoissant
pour l'homme parce qu'il représente le passage incontrôlable
du temps. Les insectes sont très présents dans le bestiaire
michaudien, d'une richesse inusuelle. Des fourmis, des
araignées, des vers (s'associant alors à la pourriture) ap-
paraissent souvent dans les terrains de Michaux. Ce n'est
pas en vain qu'il avoue sa préférence pour les insectes; le
poète Norge, qui a connu Michaux écolier, signale la passion
410
de celui-ci pour l'entomologie , penchant qu'il a conservé
toute sa vie durant et qui a même précédé son goût pour la
lecture et l'écriture. On perçoit aussi la présence du four-
millement d'insectes dans beaucoup de peintures et de des-
sins, surtout dans ceux qui sont formés par des taches
noires foisonnant sur la toile. Michaux affirme: "dans ma
et mes goûts, les insectes, c'est ce que j'aime le mieux
409
G. Durand: Structures. pp. 75-78.
'"Norge: Jeux d'enfant.- In: "Magazine littéraire" num. 220,
1985, p. 22. Ce goût de Michaux s'apparente à la passion de
çéamont pour la biologie et l'observation de la nature, tel que
é, ?Joigne aussi Paul Lespès, condisciple de ce poète (propos re-
8 lli par Marcelin
Íu^ Pleynet dans son Lautréamont par lui-même. Éd.
s
,. euii "Écrivains de toujours", 1967, p. 19). Ce détail est signi-f
c&
tif quant à la parenté imaginaire des deux créateurs.208
observer, directement ou à la loupe, et pendant des heures,
que je n'appréhende nullement et que, loin de vouloir m'en
411
délivrer, je recherche." Nous voyons donc par cette der-
nière citation que, chez Michaux, le goût du petit, la mi-
niaturisation gratifiante, prédomine sur les valeurs terri-
fiantes de l'image du grouillement, qui en est même inver-
sée, puisque la contemplation des insectes ne s'assimile pas
à une méditation sur le passage du temps; elle annule, au
contraire, ce cours temporel ("des heures que je n'appréhen-
de nullement").
Les descriptions d'insectes réels ou fantastiques sont spé-
cialement abondantes dans La Nuit remue (où il y a un texte
intitulé "Insectes"), Plume précédé de Lointain intérieur
(dans la section "Animaux fantastiques") et aussi dans Face
aux verT-rnig où se trouve "Quelques jours de ma vie chez lesf
insectes", écrit fascinant et répugnant à la fois où le nar-
rateur raconte sa cohabitation avec une tribu de chenilles.
Nous aurons l'occasion de commenter en détail cet écrit,
Puisqu'il est très indicatif de l'attitude imaginaire de
4
Michaux face au monde féminin."
m
PEFE, "Tempérament de nuit", 51.
2.11.209
Quant aux insectes qui nous sont familiers, les fourmis et
les araignées ont un rôle assez important dans le règne ani-
mal chez Michaux. Même si le poète avoue un penchant pour
les insectes, ceux-ci ne sont pas, dans la plupart des cas,
valorisés favorablement; tout au contraire, le mouvement
affairé et constant des fourmis fatigue énormément, et
413
l'araignée représente une féminité dévorante et néfaste.
Dans le texte que nous citons plus loin, très représentatif
du scheme de la métamorphose si riche chez Michaux, le nar-
rateur se transforme en fourmis (pas une seule, car cela
serait un contresens avec ce qu'elles incarnent), transfor-
mation éprouvante et douloureuse. Le poète nous avertit au
début: "A force de souffrir, je perdis les limites de mon
corps et me démesurai irrésistiblement"; c'est donc la
souffrance qui provoque le changement constant, si éprouvant
dans ce cas-ci.
"Je fus toutes choses: des fourmis surtout, intermi-
nablement à la file, laborieuses et toutefois hési-
tantes. C'était un mouvement fou. Il me fallait toute
mon attention. Je m'aperçus bientôt que non seulement
j'étais les fourmis, mais aussi j'étais leur chemin.
Car de friable et poussiéreux qu'il était, il devint
dur et ma souffrance était atroce. Je m'attendais, à
chaque instant, à ce qu'il éclatât et fût projeté dans
414
l'espace."
'"Voir NR, 57-58.
<14NR, "Encore des changements", 123210
Nous retrouvons dans ce texte des thèmes qui nous sont déjà
habituels, comme la solidification dangereuse (le chemin qui
devient dur et augmente la souffrance du narrateur), l'écla-
tement dans l'espace en tant que conséquence de ce figement
meurtrier... Le grouillement est, en outre, désindividuali-
sant, puisqu'il est propre de ceux qui "aiment l'ensemble,
les ensembles, non pas l'individu; le panorama, non pas une
415
chose" (Michaux se réfère ici aux Chinois).
L'expérience des drogues favorise la présence du "scheme
animé" sous forme de grouillement; mais à ce moment le four-
millement n'a plus besoin de s'incarner dans des images par-
ticulières, d'insectes ou autres, il s'agit alors d'une sen-
sation abstraite provoquée par la simple perception de
1 'entourage.
"Espace qui regorge, espace de gestation, de transfor-
mation, de multiplication, et dont le grouillement
même s'il n'était qu'une illusion rendrait mieux
compte que notre vue ordinaire de ce qu'est le Cosmos.
Moyen rapide[...]d'entrer en communication avec l'in-
fini corporel. Ce stellaire intérieur est si surpre-
nant, et si précipités sont ses mouvements, qu'il
416
n'est pas reconnu comme tel."
<15
BA, 167 (note I)
4U
MM, 72-73.

¡Sé el primero en escribir un comentario!

13/1000 caracteres como máximo.

Difunda esta publicación