Une Église nationale pour les Santals : du romantisme scandinave à l'orthodoxie luthérienne / A National Church for the Santals: From Scandinavian Romanticism to Lutheran Orthodoxy - article ; n°1 ; vol.103, pg 99-127

De
Archives des sciences sociales des religions - Année 1998 - Volume 103 - Numéro 1 - Pages 99-127
Dès 1867, deux missionnaires Scandinaves, issus d'un milieu piétiste, décident de fonder une Eglise nationale santal adaptée aux normes culturelles de cette tribu du Nord-Est de Inde. Loin de partager les idéaux de penseurs hindous de époque, partisans d'une religion universelle, les missionnaires s'affirment les défenseurs des Santal et deviennent des réformateurs sociaux. Mais les missionnaires s'avèrent impuissants à protéger les Santal contre les intermédiaires hindous qui les exploitent. De plus, les fondateurs perdent peu à peu leur pouvoir vis-à-vis des comités de soutien établis en Scandinavie. La mission se soumet de plus en plus aux exigences des Eglises luthériennes perdant ainsi son caractère national.
Two Scandinavian missionaries from pietist background decide, from 1867 onwards, to establish a national Church for the Santals, adapted to the cultural norms of this north east Indian tribe. Unlike the Hindu partisans of universal religion, the missionaries become social reformers, defending the rights of the Santals. But the missionaries are, finally, unable to protect the Santals against the Hindu middle-men who exploit them. Moreover, the founders gradually have to cede their power to the support committees established in Scandinavia, so that the mission becomes subservient to the Lutheran Churches, losing its national character.
29 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publicado el : jueves, 01 de enero de 1998
Lectura(s) : 50
Número de páginas: 31
Ver más Ver menos

Marine Carrin
Harald Tambs-Lyche
Une Église nationale pour les Santals : du romantisme
scandinave à l'orthodoxie luthérienne / A National Church for the
Santals: From Scandinavian Romanticism to Lutheran
Orthodoxy
In: Archives des sciences sociales des religions. N. 103, 1998. pp. 99-127.
Citer ce document / Cite this document :
Carrin Marine, Tambs-Lyche Harald. Une Église nationale pour les Santals : du romantisme scandinave à l'orthodoxie
luthérienne / A National Church for the Santals: From Scandinavian Romanticism to Lutheran Orthodoxy. In: Archives des
sciences sociales des religions. N. 103, 1998. pp. 99-127.
doi : 10.3406/assr.1998.1197
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/assr_0335-5985_1998_num_103_1_1197Resumen
Desde 1867, los misioneros escandinavos originarios del contexto pietista, deciden formar una Iglesia «
nacional » santal adaptada a las normas culturales de esta tribu del nor-este de la India. En vez de
compartir los ideales de los pensadores hindúes de la época, partidarios de una « religión universal »,
los misioneros se afirman como los defensores de los Santal y se convierten en reformadores sociales.
Pero los misioneros se encuentran ante la imposibilidad de proteger a los Santal contra los
intermediarios hindúes que los explotan. Por otra parte, los fundadores pierden poco a poco sus
poderes frente a los comités de apoyo creados en Escandinavia. La misión se somete, cada vez más, a
las exigencias de las Iglesias luteranas con lo que pierden su carárcter nacional.
Résumé
Desde 1867, los misioneros escandinavos originarios del contexto pietista, deciden formar una Iglesia «
nacional » santal adaptada a las normas culturales de esta tribu del nor-este de la India. En vez de
compartir los ideales de los pensadores hindúes de la época, partidarios de una « religión universal »,
los misioneros se afirman como los defensores de los Santal y se convierten en reformadores sociales.
Pero los misioneros se encuentran ante la imposibilidad de proteger a los Santal contra los
intermediarios hindúes que los explotan. Por otra parte, los fundadores pierden poco a poco sus
poderes frente a los comités de apoyo creados en Escandinavia. La misión se somete, cada vez más, a
las exigencias de las Iglesias luteranas con lo que pierden su carárcter nacional.
Abstract
Two Scandinavian missionaries from pietist background decide, from 1867 onwards, to establish a
"national" Church for the Santals, adapted to the cultural norms of this north east Indian tribe. Unlike the
Hindu partisans of "universal religion", the missionaries become social reformers, defending the rights of
the Santals.
But the missionaries are, finally, unable to protect the Santals against the Hindu middle-men who exploit
them. Moreover, the founders gradually have to cede their power to the support committees established
in Scandinavia, so that the mission becomes subservient to the Lutheran Churches, losing its national
character.Arch de Sc soc des Rel. 1998 03 juillet-septembre 99-127
Marine CARRIN Harald TAMBS-LYCHE
UNE EGLISE NATIONALE POUR LES SANTAL
DU ROMANTISME SCANDINAVE
ORTHODOXIE LUTH RIENNE
INTRODUCTION
Quand glise catholique envoie ses missionnaires fonder de nouvelles commu
nautés chrétiennes elle choisit parfois ajuster les normes de ses institutions la
culture laquelle elle adresse est ce processus on décrit par le terme indi-
génisation En principe cette problématique ne applique pas aux Eglises protestan
tes qui de par leur tradition sont nationales voire indigènes
individualisme protestant on le sait depuis Weber fait de homme le créateur
responsable du monde social et moral tandis que la conscience collective durkhei-
mienne restitue individu libre de cette responsabilité sa propre liberté Or cette
opposition avère simpliste par rapport au pietisme où individu agit en étant
un instrument de Dieu Dieu sans doute crée des cultures et des glises différentes
mais peut-il aussi leur inspirer des normes particularistes 1)
La contradiction entre institutionalisation et croyance comme celle entre univer
sel et particulier existe chez les missionnaires comme dans les sectes et Eglises
protestantes Mais cette conception se heurte une contradiction qui lui est inhérente
car toute glise protestante doit répondre certaines normes essentiellement univer
salistes et occidentales
Pourtant nous nous proposons de montrer que est ce problème que se heurtent
les missionnaires Scandinaves Skrefsrud et Borresen arrivés en Inde en 1863 et 1865
quand ils fondent leur mission chez les Santal deux cents kilomètres de Calcutta
quelques années plus tard Le cas que nous décrivons est cet égard un peu atypique
Nous utilisons ici les termes universalisme et particularisme au sens de PARSONS 1937
1966 Il évidemment un problème quand on applique ces termes la nation car on sous-entend
normalement que tat-nation institue des normes universalistes intérieur une société même si
celles-ci deviennent particularistes aux yeux des étrangers Dans le cas de cet article les normes protestantes
sont universalistes tandis que chaque société revendique ses particularismes
99 DE SCIENCES SOCIALES DES RELIGIONS ARCHIVES
car il agit une mission indépendante de toute glise vouée la création une
glise nationale pour les Santal qui peu peu perd son indépendance pour devenir
une mission luthérienne plus orthodoxe
cette époque où on commence sentir Calcutta capitale de la Renaissance
bengalie le premier éveil national en Inde Ray 1984) les Scandinaves chez les
Santal tribu de langue austro-asiatique parlent de la nation dans un autre sens Pour
eux la est une nation et quand ils veulent doter les Santal une glise nationale
ils impliquent en rien idée un tat indépendant Il agit simplement de recon
naître chez les indigènes les caractéristiques un peuple conscient de sa spéci
ficité culturelle qui pourrait ainsi avoir dans le sens de Herder 3) son propre esprit
national
Toute humanité affirme en 1869 le réformateur bengali Keshub Chunder
Sen soucieux de lier les influences hindoues et chrétiennes va unir dans une glise
universelle mais en même temps cette glise adaptée aux besoins de chaque nation
doit assumer une forme nationale ... Chaque future Eglise se développera naturel
lement au sein de sa nation Kuriakose 1982 211 Les missionnaires Scandina
ves Skrefsrud et Borresen sont du même avis mais leur sens de la nation ne concerne
pas Inde de plus ils sont loin de partager les idées syncrétiques de Sen Kopf 1975
pp 53-56 Pour les fondateurs de cette mission issus un milieu pietiste et protes
tant les croyants eux-mêmes constituent la véritable glise et les fidèles des diffé
rentes cultures sont libres de modeler leurs pratiques religieuses sur leur propre fond
culturel
En fait le projet des missionnaires Scandinaves diffère de celui de glise baptiste
dont Carey est le premier représentant en Inde Potts 1967 Forrester 1980) qui
vise surtout le monde des castes Kopf 1975 45) auquel la plupart des mission
naires protestants opposent avec véhémence Dirks 1996 Metcalf 1990 100
La mission est mal vue par la Compagnie des Indes époque et Carey installe chez
les Danois dans leur colonie de Serampur Or depuis 1828 les missionnaires se
Sur le climat intellectuel de Calcutta et du Bengale époque voir CRAWFORD 1987 KOPF 1969
1975 PODDAR 1970
La conception du nationalisme du philosophe allemand Herder 1744-1803 est marquée par le
mouvement romantique dont il est un des représentants Herder oppose aux idées fran aises de tat-na-
tion issu des Lumières Pour Herder ethnie auquel il attribue esprit du peuple est le fondement de
la nation Cette conception liée au romantisme est aussi radicale et libertaire car elle oppose le peuple
tat HERDER 1964 CAISSON 1991) une dimension qui semble avoir échappé attention de DUMONT
1979 1991 Si la position de Herder oppose celle de RENAN 1992) il faut cependant souligner la
différence par rapport aux écrits de FICHTE 1992 qui lui évoque esprit national pour légitimer la primauté
de la culture allemande sur les autres Cette supériorité est absente chez Herder qui les nations sont
différentes mais égales Le nationalisme norvégien continue de inspirer des idées de Herder par inter
médiaire notamment de WERGELAND 1843-1844 BEYER 1961 pp 83-88 et 126-147) tandis que la
conception de Fichte est peu représentée idée une telle supériorité culturelle paraît ridicule aux
Norvégiens TAMBS-LYCHE 1992)
Le roi danois Fredrik IV avait envoyé les premiers missionnaires protestants Ziegenbalg et
Plutschau en Inde 1705 Cette mission établie Tranquebar est encore très active en 1787 mais perd de
sa vitalité la mort du missionnaire Swartz en 1798 Or quand Carey arrive Serampore en 1793 le
gouverneur norvégien Ole Bie soutient les activités missionnaires et le roi danois fonde en 1827 le collège
de Serampur première université occidentale en Inde KURIAKOSE 1982 pp 57-60 65-67 69-70 82-
84109-110 FENGER 1863 PEARSON 1835 HOWELLS 1927)
100 EGLISE NATIONALE POUR LES SANTAL UNE
font les alliés des utilitaristes en apportant le progrès 5) et universalisme
inspire leurs réformes implique souvent un mépris pour la culture indigène Suite
la grande mutinerie en 1857-1858 la tendance réformiste devenue minoritaire
est toujours soutenue par les evangelistes Metcalf 1990 pp 92-121 Oddie
1995 Ceux-ci opposent précisément élite hindoue de Calcutta parmi la
quelle le courant national se fait sentir Mais les missionnaires Scandinaves ne se
préoccupent ni de la société des castes ni de élite bengalie ils choisissent une tribu
tout en étant conscients de sa position marginale Or en défendant cette tribu ils
acceptent nécessairement un certain particularisme..
Quand il entend fonder une glise nationale Skrefsrud trace une limite symboli
que entre les Santal et les autres tribus du même groupe linguistique sans parler des
hindous des castes activité missionnaire va donc renforcer la conscience de la
spécificité culturelle du Santalistan pays qui ne figure que dans la vocabulaire de
la mission) même si évangélisation ne touchera une faible minorité 10 des
Santal Cette affirmation symbolique aidera les Santal faire prévaloir leurs droits
auprès des Britanniques et développer une élite tribale qui plus tard deviendra
politisée Can-in 1996 pp 430-432)
LES SANTAL AVANT ARRIVEE DES MISSIONNAIRES
Dans un premier temps la colonisation britannique favorisé la pénétration de
économie de marché qui multiplié les contacts des tribus avec le monde exté
rieur Ces grands changements économiques contribuent effondrement du mode
de production traditionnel néanmoins la période expansion coloniale est souvent
marquée par une politique protectionniste visant empêcher les non-tribaux acquérir
des terres dans les régions tribales Or les lois protectionnistes ne sont pas respectées
On assiste émergence un prolétariat tribal et exploitation que subit cette
nouvelle classe explique bien les révoltes qui éclatent dans de nombreuses régions de
1860 1920 et font écho aux premiers mouvements de rébellion des années 1820
Singh1978)
En 1855 insurrection santal 8) menée par deux chefs charismatiques Sidhu et
Kanhu mobilisé ensemble de la population tribale contre les diku les étran-
Pour les utilitaristes de cette époque tels J.S Mill et Bentham il agit de faire des réformes en
appliquant la rationalité de économie libérale Cet esprit caractérise surtout la carrière du Gouverneur
Général Bentinck 1828-1835 mais aussi celles de ces successeurs 1857 METCALF 1990)
La grande mutinerie pour conséquence non seulement de mettre fin au régime de la Compagnie
des Indes quand Inde devient propriété de la couronne mais suscite également la crainte de toute réforme
pouvant provoquer la susceptibilité hindoue
Certaines tribus puissantes de Inde centrale comme les Gond dont les chefs imitaient les raja
hindous avaient été reconnues par les Moghols auxquels elles payaient un tribut annuel
en 1855 les Santal ont été exploités par les hindous propriétaires terriens prêteurs sur gages
collecteurs impôt et patrons de plantations En juin de la même année des milliers de Santal se révoltent
appel de deux chefs charismatiques Sidhu et Kanhu qui affirment avoir re du dieu Thakur ordre de
les délivrer de leurs oppresseurs En juillet les Anglais votent la loi martiale pour réprimer la rébellion
CARRIN 1976 RAY 1983)
101 ARCHIVES DE SCIENCES SOCIALES DES RELIGIONS
gers pour la plupart des policiers et des percepteurs La révolte vise les marchands
et les planteurs et sera finalement durement réprimée Néanmoins cette rébellion
pour conséquence de placer les Santal sous une forme administration indirecte où
leurs chefs gardent des responsabilités traditionnelles Un Deputy Commissioner
représente administration coloniale dans le district et fait office de médiateur entre
les chefs tribaux et le gouvernement de la Compagnie 9)
arrivée de Skrefsrud les Santal sont encore sous le choc avoir manqué leur
rébellion et se sont mis douter pour cette raison des pouvoirs religieux qui avaient
inspiré leurs leaders Accusant les bonga divinités tribales de être laissées
corrompre par des sorcières ou des dieux ennemis ils soup onnent également les
Blancs de leur avoir envoyé secrètement un leader qui aurait influencé tort leurs
chefs leur faisant croire que les fusils des Britanniques ne les atteindraient pas Ce
Blanc qui était apparu dans les visions de Sidhu et Kännu avait dix doigts chacune
de ses mains symbole de pouvoir et il tenait une Bible Ne représentait-il pas
ailleurs un des premiers baptistes qui avait parcouru les villages du pays santal
Dès le milieu de la période coloniale la nécessité de embaucher dans les grands
chantiers coloniaux la construction des routes des voies de chemin de fer et le travail
dans les plantations indigo 10 ont provoqué suite aux migrations accélérées la
segmentation des douze clans santal en plus de cent soixante sous-clans Néanmoins
après 1855 les Santal Parganas sont devenus un district non régulé un territoire
où administration adapte la dimension culturelle de la société elle doit
administrer Malgré ces résolutions en 1863 administrateur en place déclare il
aucune raison exempter les Santal des lois qui prévalent dans le reste du
Bengale De nouveau les tribunaux bengalis sont réintroduits et on ne tient plus aucun
compte de la loi coutumière Les Santal profondément égalitaires au départ vivent la
segmentation comme un effritement 11 de leur société qui produit des différences
de statut entre les sous-clans
Il ne faut cependant pas confondre cet egalitarisme avec universalisme égalité
entre Santal oppose au monde extérieur il ne agit pas une égalité des hommes
en général 12)
influence hindoue qui en résulte provoque le mouvement qui prend le nom de
Kherwar un ancien nom qui désigne les Santal et est associé leur âge or hiver
1871-1872 le mouvement Kherwar affirme puis se manifeste avec force de 1876
1879 Les Kherwar sont composés de trois sectes revendiquant chacune un plus grand
degré de pureté pour ses membres que ses voisines En 1874 le chef des Kherwar
En 1851 on comptait 80000 Santal répartis dans les 1444 villages du Damin-i koh le district qui
appartenait la Compagnie des Indes Les Santal devaient payer des redevances foncières aux percepteurs
de la Compagnie ils appelaient le dieu Cupni
10 Les planteurs indigo nombreux dans les Santal Parganas sont attaqués par les Santal pendant
la rébellion La culture de est une des pires entreprises coloniales son interdiction en 1861
RAO et RAO 1992)
11 Les récits santal de époque déplorent les luttes qui opposent les clans entre eux et poussent
certains traîtres suivre un héros hindou Mandho Singh un prince né une mère santal et un père
hindou CARRIN 1985)
12 II agit ici une égalité de statut et non opportunité natural equality et non social
equality après JAYAWARDENA 1967 GULLESTAD 1992 pp 93-112 183-200 caractérise égalitarisme
norvégien dans le même sens
102 UNE EGLISE NATIONALE POUR LES SANTAL
Bhagrit est intronisé comme un raja hindou et se déclare le chef de tous les Santal
il veut libérer des colons et des missionnaires en rétablissant leur royaume
perdu 13 Les troupes affrontent les Kherwar et Bhagrit est emprisonné puis libéré
sous promesse de ne plus exercer activités politiques Mais le mouvement Kherwar
continuera exister secrètement Quand les missionnaires Scandinaves arrivent chez
les Santal idéologie coloniale une fois de plus changé de discours et Campbell
qui sera Deputy Commissioner du temps de édification de glise santal se montre
prêt prendre en compte la spécificité culturelle
LES FONDATEURS DE LA MISSION
Lars Skrefsrud fils un métayer et artisan 14 né près de Lillehammer en
Norvège en 1840 est le véritable fondateur de la mission santal
Le père de Skrefsrud est travailleur mais alcoolique et sa famille pauvre Sa mère
originaire une famille paysanne aisée intéresse éveil religieux et Skrefsrud
gardera un souvenir très vif des réunions des Haugéens 15) puritains convaincus
auxquelles il assisté dans son enfance Apprenti forgeron Lillehammer
commence lire de la littérature religieuse mais hésite pas sortir avec ses
compagnons Quand il revient au village pour enterrement de son père ses amis le
poussent boire Il commence alors voler avec son frère et finit en prison en 1861
Néanmoins il met profit son incarcération pour dévorer les uvres de Novalis
Kierkegaard Swedenborg et celles autres penseurs religieux Il étudie également
allemand anglais et le latin est en prison que Skrefsrud re oit les visions divines
qui vont décider de sa vocation de missionnaire Une femme lui rend visite est Anne
Onsum qui deviendra plus tard son épouse Libéré de prison Skrefsrud se rend
Stavanger où il pose sa candidature pour école des missions sans être admis en
raison de son passé Sa déception est grande mais un de ses amis un ancien du milieu
13 Ce royaume perdu plus ou moins mythique est situé dans la région de Campa est de Inde
Il agit une allusion aux affinités linguistiques qui selon la tradition lient les Santal aux autres groupes
austro-asiatiques Asie du Sud-Est
14 Dans les campagnes de est de la Norvège le milieu artisan constitue une minorité libre des liens
qui attachent les métayers et les ouvriers agricoles aux grands propriétaires terriens Au XIXe siècle ce milieu
produit toute une série de personnalités originales ODNER 1996 citons le cas de Veblen lui aussi fils
un menuisier et Thrane le premier agitateur socialiste de la Norvège qui émigré plus tard Chicago
oppose avec véhémence aux idées de Skrefsrud dans la presse norvégienne de cette ville Il est important
de réaliser que illettrisme est en train de disparaître en Norvège cette époque où il ne concerne
probablement que quelque des recrues militaires La Suède le Danemark En France en 1875
ce chiffre élève encore 18 HOBSBAWM 1978)
15 Ce mouvement religieux issu des paysans et des immigrés de la campagne dans les villes
MOLLAND 1969d) contribué créer une opposition lettrée mais populaire la classe dominante des
bureaucrates Le défi que représente le haugianisme pour élite norvégienne apparaît très bien dans deux
romans de Alexander KIELLAND chefs-d uvre de la littérature Skipper Worse le capitaine
Worse et pour le mouvement puritain qui succède Bauge Sankthansfest fête de St Jean Cet auteur
naturaliste est inspiré de Zola STORSTEIN 1949 pp 22-27 et 44-50)
103 DE SCIENCES SOCIALES DES RELIGIONS ARCHIVES
pietiste 16 de la ville lui conseille aller Berlin en lui donnant une lettre de
recommandation adressée un certain Danois Borresen 17)
est donc Berlin que Skrefsrud rencontre le couple avec lequel il partagera ses
projets le restant de ses jours les Borresen Né Copenhague en 1825 Borresen est
un maître mécanicien venu travailler Berlin Influencé par le milieu pietiste de la
capitale prussienne il décide de se consacrer la mission est dans ce milieu il
rencontre sa femme Caroline Hempel née en 1832 dans le Brandenbourg fille un
industriel pietiste qui après avoir fait faillite travaille pour une compagnie Berlin
Les Scandinaves piétistes qui viennent suivre des études théologiques visitent régu
lièrement la maison du couple Skrefsrud qui arrive en 1862 rejoint école de
théologie de Gossner 18 et il va fréquenter glise de Bethléem où Gossner
lui-même avait prêché Berlin loge chez les Borresen et ils font le projet
de partir ensemble en Inde et de établir au Bengale Avant de partir pour Inde
Skrefsrud retourne en Norvège où il épouse Anne Onsum qui partage son désir de
devenir missionnaire
LES INFLUENCES QUI MARQUENT SKREFSRUD
Les deux fondateurs sont originaires un milieu pietiste et le mot glise désigne
pour eux avant tout la communauté des croyants Sous inspiration de sectes comme
les Hermhutistes la véritable glise est pas celle de tat mais le noyau des adeptes
de éveil religieux administrée par un conseil des anciens sur le modèle de glise
primitive 19)
16 En Norvège au début du XIXe siècle dans les milieux du christianisme populaire les Haugéens
et les Hermhutistes puritains et piétistes opposent fortement Parmi les meilleures sources citons les
romans de Kielland qui décrit précisément sa ville natale de Stavanger Le romancier fait preuve une
certaine sympathie pour les anciens croyants les Hermhutistes dont il reconnaît la sincérité religieuse
En revanche Kielland que du mépris pour les Haugéens opportunistes incamés Son dédain pour leurs
successeurs les puritains des années 1870-1880 se manifeste dans appellation il utilise pour eux les
lapins STORSTEIN 1949 pp 22 44-47)
17 II existe plusieurs biographies de Skrefsrud La meilleure est celle de HODN 1966 mais on peut
citer aussi HALL 1922 RUNNING 1940 HL 1944 Pour Borresen citons trois biographies
BIRKELAND 1901 LuDViGSEN 1952 GJESING 1961
18 Gossner est né une famille catholique en Bavière en 1773 Il poursuit ses études Augsburg et
devient prêtre en 1796 Il éloignera du catholicisme pour prêcher dans un esprit protestant ce qui lui vaudra
être démis de ses fonctions de prêtre en 1817 Après avoir séjourné en Russie la cour du tsar Alexandre
1er Gossner devient en 1829 prêtre de glise de Bethléem Berlin un des centres de éveil religieux
MOLLAND 1969 HOLSTEN 1949 LORIES 1956)
19 Les Hermhutistes utopistes après le nom même de leur colonie Herrnhut installée sur la
propriété de Zinzendorfen Saxonie se sont placés sous la protection de Dieu Ils se détachent graduelle
ment de glise de tat de La secte se distingue par certaines pratiques tel le mariage par tirage
au sort coutume qui garantit aux yeux des adeptes de cette communauté que la volonté divine peut
accomplir Les Hermhutistes illustrent par leurs activités missionnaires chez les païens aux Caraïbes
1732) au Groenland 1733) et chez les Indiens Amérique 1734 pour ne citer que quelques-unes de
leurs missions En Europe la secte trouve des adeptes en Norvège partir de 1737 Le rôle de cette
communauté dans les activités missionnaires est unique les 25 000 membres que compte la secte en Europe
et les 46000 regroupés aux tats-Unis opposent aux 210000 convertis dans les missions
LLAND 1969a et influence herrnhutiste inspiré le zèle missionnaire qui caractérise encore
hui les milieux chrétiens de Norvège
104 UNE EGLISE NATIONALE POUR LES SANTAL
Nous avons évoqué les réunions des Haugéens auxquelles Skrefsrud avait assisté
dans son enfance Né au sud-est de la Norvège Hans Nielsen Hauge 20 inspire de
Luther et de Seeberg un pasteur marqué par le courant Herrnhutiste Certes Hauge
trouve les idées de Seeberg trop sentimentales car il lit les grands auteurs du
Luthéranisme orthodoxe danois Arndt et Pontopiddan Hauge décrit plus tard le
déchirement il vécu pris entre sa vocation religieuse et le désir il de
enrichir dans le commerce Or en 1796 alors il travaille dans les champs en
chantant un psaume il éprouve une joie indescriptible il est surque Dieu appelé
pour témoigner de son existence et pour convertir les hommes Dès 1797 il voyage
dans toute la Norvège Tromsö dans le nord tout en prêchant malgré sa qualité
de laïc Ses livres remportent un succès considérable mais il passe plusieurs années
en prison pour avoir prêché sans autorisation de glise et meurt en 1824
Si Hauge critique certaines pratiques de Eglise il ne la quitte jamais se
considérant toujours comme un Luthérien orthodoxe Hauge se distingue des
Herrnhuttistes par importance il accorde aux bonnes actions et au don de grâce
La position religieuse de Hauge se situe au confluent des courants piétistes et puritains
et rappelle certainement esprit protestant chez Weber 1964 Les idées de Hauge
animent les débats de la vie chrétienne tout au long du XIXe siècle et bien après 21
On dit de lui il est homme qui le plus marqué glise norvégienne depuis
Luther opposition de Hauge glise officielle définit bien axe du débat quel
rôle doit-on attribuer aux institutions créées par homme glise éducation tat
dans la vie chrétienne est bien dans ce contexte que Gisle Johnson professeur de
théologie Christiania depuis 1849 devient architecte de glise norvégienne Dans
le contexte plus large du luthéranisme Johnson qui anéantit les derniers vestiges du
rationalisme au sein de cette glise Etat représente le côté pietiste et populaire Se
démarquant des tendances haugiennes ce théologien prêche orthodoxie admettant
pas que la confession Augsburg permette aux laïcs de prêcher sauf en situation de
péril Hamre 1986 pp 13-17)
Skrefsrud bien sûr se situe aux antipodes de cette conception que son ami Georg
Sverdrup professeur au séminaire norvégien Augsburg au Minnesota exprime assez
bien 22 Ce courant nie en effet la médiation individuelle agency qui pour
20 Le prophète norvégien considère que inactivité est le pire des péchés Quand il voyage pied
il tricote toujours De même il accepte jamais hospitalité une famille sans travailler pour elle Il fait
du commerce comme ses disciples et partir de 1801 dirige Bergen une firme exportant du poisson Cette
entreprise est autres de la secte organisée sur le modèle une coopérative religieuse même si
un individu figure comme propriétaire Cependant cette forme organisation suscite les critiques de ses
adversaires qui accusent de vouloir enrichir aux dépens des autres BANG 1924 MOLLAND 1951
KULLERUD1996)
21 Cf HEGGTVEIT 1905/1920 MOLLAND 1951 AARFLOT 1967
22 Quand Skrefsrud visite Amérique en 1894-1895 le milieu luthérien norvégien est divisé en six
congrégations différentes Skrefsrud est pris dans les conflits qui opposent le synode norvégien plus
proche de glise tat de ce pays et la conférence norvégo-danoise laquelle appartient Sverdrup
et qui revendique les idées citées ici Le séminaire Augsburg appartient la conférence mais le synode
norvégien essaie de emparer de institution voulant faire de leur Luther Collège hui St Olav
College le seul séminaire norvégien en Amérique Malgré ses efforts pour rester neutre Skrefsrud évite
pas de identifier ce dernier mouvement car sa visite en Amérique est organisée par le collègue de
Sverdrup Oftedal frère de Oftedal chef des Lapins critiqués par Alexander Kielland HAMRE 1986
NYHAGEN 1990 II pp 223-225 Sverdrup devient pour Skrefsrud un ami proche et on impression
il trouve enfin dans le milieu religieux de la conférence une communauté chrétienne qui correspond
ses propres idéaux NYHAGEN op cit pp 220-229)
105 ARCHIVES DE SCIENCES SOCIALES DES RELIGIONS
certains auteurs incame la doctrine protestante de la responsabilité humaine Asad
1996 pp 271 Pour Sverdrup Esprit Saint exprime par les membres de la congré
gation il inspire et le salut résulte de la foi que Dieu crée chez homme
glise affirme-t-il est un royaume terrestre fondé sur la foi et amour Elle
exige sa liberté pour que ses membres puissent librement déclarer leur foi et cette
position implique nécessairement la liberté doctrinale de toute glise car Dieu peut
donner chacun des visions assez différentes mais qui toutes sont vraies
Plus tard la mission trouve son premier soutien en Scandinavie non en Norvège
mais au Danemark dans la personne un jeune pasteur Ludvig Hertel Ce dernier
fils un pasteur qui est réfugié devant occupation allemande de Schleswig-Hols
tein depuis 1864 est Grundtvigien
Il est pas facile de caractériser le point de vue théologique de NFS Grundtvig
Certainement le pasteur danois souligne importance du Verbe vivant qui est
manifesté selon lui dans glise chrétienne dès ses débuts et surtout dans la
déclaration du baptême Mais avant tout Grundtvig incame idée même glise
nationale Au début le mouvement Grundtvigien est étroitement lié la défense
parfois relié au scandinavisme de la frontière vers le sud De plus pour lui
ancienne littérature nordique pré-chrétienne incame les valeurs humanistes du
christianisme La poésie de Grundtvig opère une synthèse entre le panthéon nordique
et éloge de la nature et de la jeunesse pour produire un nationalisme démocratique
et un christianisme libéral qui opposent au puritanisme Par exemple le mouvement
Grundtvigien au sein duquel Skrefsrud compte des amis est origine de collèges
populaires les folkehoj skoler dont le programme assez libre intègre surtout des
traditions nationales et chrétiennes dans un esprit non elitiste 23 En effet on peut
voir en Grundtvig le fondateur de la culture libérale de la Norvège et surtout du
Danemark
ARRIV DES MISSIONNAIRES EN INDE
Envoyés par la société de Gossner 24) Skrefsrud les Borresen et Anne Onsum
arrivent en Inde Sur le terrain les missionnaires de cette société organisent assez
librement en assurant autant que possible leur subsistance Ils tentent de établir
parmi différentes communautés 25 sans toujours remporter les succès escomptés
23 Grundtvig et ses disciples veulent créer avec les folkehojskoler une alternative aux écoles et
aux universités tat mais proposent aussi une culture différente Ces hautes écoles populaires ne
dispensent pas de formation professionnelle mais une bildung formation de esprit fondée sur les
traditions populaires et les valeurs indigènes Pour la France on trouve peut-être dans Emile de ROUSSEAU
le parallèle le plus proche de la conception de éducation de Grundtvig
24 Gossner fonde sa société missionnaire en 1836 et envoie ses premiers missionnaires en Inde en
1839 dans la plaine gangétique puis parmi les Gond du Madhya Pradesh Par la suite la mission poursuit
ses activités au Chotanagpur où leurs premiers convertis sont des Oraon
25 Notamment chez les Kol du Bihar ils voient travailler comme coolies sur les chantiers de
Calcutta au bord de la rivière Hooghiy
106

¡Sé el primero en escribir un comentario!

13/1000 caracteres como máximo.