Transition, War and Religion/ Transition, guerre et religion - article ; n°1 ; vol.103, pg 153-172

De
Archives des sciences sociales des religions - Année 1998 - Volume 103 - Numéro 1 - Pages 153-172
The analysis represents sociological reflection about the contemporary religion and social conflicts in their most violent form. It is based upon the tragic vicissitudes of the crisis in former Yugoslavia having exploded in a cruel war. The course of events is approached as something having been easily predictable, and deeply embedded in the modern European political and social history, and, therefore, with high symptomatic relevance, to be interpreted not primarily as a kind of tail of the world of the XIXth century but as an extreme case of some current trends of wider dimensions. The war is interpreted as the almost unavoidable consequence of political strategies pursuing the same but diametrically opposed political objectives, best described by Mazzini's political formula Every nation a state and only one state for every nation or Gellner's sociological one One nation, one culture, one state. Therefore, the crucial problem becomes the problem of the role of religion and churches in an area with mixed populations but dominated by opposed nationalism. The theoretical framework for interpretation of nationalist political strategies is taken from Gellner as well as from Offe. The crucial fact is that the nationalist political strategies or the ethnicification of politics have obtained not only mass support on the part of believers and belongers to the respective religious comunities but also their specific legitimacy in religious terms. Some major consequences of such a legitimization of nationalist political strategies are traced and described on three different levels and settings: a) a general level, b) a long range historical one, and c) a transitional one. The crucial conclusions arrived at are that an expected spiritual re-awakening focused upon a restoration of personal moral consciousness and renewed interest in spirituality and spiritual tradition has been practically inundated by a tidal wave of nationalization of the sacred and sacralization of the nation. Therefore, the most extensive religious revival has occured so far alongside to nationalist movements.
Cet article propose une réflexion sociologique sur la religion contemporaine dans sa confrontation avec des conflits sociaux d'une extrême violence. L'analyse se fonde sur les expériences dramatiques et les péripéties tragiques de la crise en ex-Yougoslavie. Les événements présents apparaissent comme un processus prévisible pris dans l'histoire politique européenne moderne; ces événements sont interprétés non pas comme des résidus du monde du XIXe siècle mais comme un exemple extrême de certaines tendances modernes de dimensions mondiales. La guerre est interprétée ici comme la conséquence quasi nécessaire de stratégies politiques qui poursuivent des objectifs politiques identiques mais diamétralement opposés; thèse qu'exprime clairement la formule politique de Mazzini: A chaque nation un Etat et seulement un Etat pour chaque nation ou la formule sociologique de Gellner Une nation, une culture, un Etat. Les stratégies politiques nationalistes sont interprétées dans les cadres théoriques élaborés par Gellner et Offe. Le fait fondamental est que les stratégies politiques nationalistes ou l'ethnicisation de la politique ont non seulement reçu un support massif de la part des croyants et des membres des différentes communautés religieuses mais elles se sont également vu conférer une légitimité en termes religieux. Certaines des conséquences cruciales de la légitimation religieuse des stratégies politiques nationalistes sont identifiées selon trois niveaux d'analyse et dans trois contextes différents: a) le niveau général, b) le niveau historique et c) le niveau transitionnel. La conclusion de auteur est la suivante: la revitalisation de la religion dont on pensait qu'elle s'opèrerait à partir de la rénovation de la conscience morale individuelle et du réveil de l'intérêt pour la spiritualité et la tradition spirituelle été noyée sous une déferlante puissante: celle de la nationalisation du sacré et de la sacralisation de la nation. C'est ainsi que le renouveau religieux dans ses expressions les plus larges et la montée des mouvements nationalistes sont apparus étroitement liés les uns aux autres.
20 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publicado el : jueves, 01 de enero de 1998
Lectura(s) : 14
Número de páginas: 23
Ver más Ver menos